3 raisons qui font que tes ventes ne decollent pas

3 raisons qui font que tes ventes ne décollent pas

Je reçois souvent des mails ou des commentaires de Pies qui me demandent pourquoi leurs ventes ne décollent pas.

Toi aussi tu te poses cette question ?

Souvent, le fait de ne pas vendre génère du stress, car on a besoin d’argent pour vivre / pour faire tourner l’entreprise / pour se prouver (ou prouver à tata Jeannette, cette harpie!) qu’on ne s’est pas trompée de voie. Ce stress fait prendre de mauvaises décisions, comme, par exemple, multiplier les canaux de ventes ou baisser ses prix. Et là, c’est la spirale infernale : les ventes ne décollent toujours pas, le stress et la déception augmentent, puis vient la fermeture dans l’amertume…

Je trouve ça tellement triste… Tant de talents, de passion, fanés… Juste parce qu’il manque certaines connaissances en marketing, en communication et en vente. Ça me brise le cœur putain sad

C’est pour ça que ce blog existe, pour apporter les compétences nécessaires à ton évolution personnelle et professionnelle. Du coup, je me devais de répondre publiquement à la question “Pourquoi mes ventes ne décollent pas ?”.

Dans cet article, on va donc voir LA base de ton business créatif. Ce que tu DOIS appliquer pour sortir la tête de l’eau.

Si tes ventes ne décollent pas, que tu viennes de te lancer ton activité ou que tu vendes depuis quelques temps déjà, c’est uniquement pour une ou plusieurs des 3 raisons que je vais t’énoncer dans cet article.

Elles sont fondamentales pour qu’une entreprise créative soit pérenne. C’est comme un château de cartes ou un jeu de dominos, si un élément de ton projet n’est pas stable, tout s’écroule.

 

source : https://www.tuxboard.com

 

Raison n°1 : tu ne cibles pas assez précisément ta clientèle

Je l’ai déjà dit et redit : iIl FAUT que tu cibles un marché de niche pour vendre tes créations.

Je ne te parle pas du marché où on expose des niches de chiens hein laugh mais du marché, le terme marketing. C’est-à-dire l’environnement économique, social et professionnel dans lequel ton business évolue.

Ton amrché à toi c’est le création de bijoux fantaisies, ou de vêtements ou d’accessoires ou autre.

Et cibler un marché de niche veut dire que tes créations représentent un style très précis de ton marché, pour une clientèle cible très précise.

Par exemple :

  • des créations inspirées de l’univers du manga pour les fans de culture japonaise et les geek,
  • des créations élégantes et monochrome pour des femmes cadre supérieur avec poste important
  • des créations écologiques et respectueuses de l’environnement pour les femme de 25 à 35 ans soucieuses de la planète (tu peux avoir plusieurs cibles)
  • etc.

Dans un marché saturé et ultra concurrentiel comme la création, le ciblage est indispensable pour se démarquer.

Car pour vendre, il faut se démarquer, retenir l’attention des potentiels clients. Mais surtout, ne pas être oublié, donc marquer les esprits avec des créations identifiables en un coup d’œil.

Il faut arrêter de croire que “cibler sa clientèle” veut dire “moins vendre” angry C’est tout le contraire !

Si tu crées de tout pour tout le monde, tes créations n’auront rien qui se démarque des autres, elles marqueront donc très peu de gens car il n’y aura pas de style particulier, de signature précise qui s’en dégagera. En plus, ta communication sera vague et sans impact réel.

Alors qu’en ciblant, tu vises une clientèle que tu connais pour l’avoir étudiée (et, souvent, qui te ressemble) et tu peux donc communiquer de façon plus précise à partir des attentes ou des besoins de tes clientes.

Ce travail de clientèle cible est un travail personnel que tu dois faire. Il n’y pas pas bon exemple à suivre, chaque projet créatif a sa propre clientèle cible. Il ne faut pas avoir peur de te tromper, ni vouloir absolument bien faire tout de suite. De toute façon, le travail sur ta clientèle cible est un travail constant, il ne sera jamais parfait car ta clientèle cible sera en constante évolution, tout comme toi et tes créations ! Il faudra toujours réajuster tes portraits de clientèle type que tu t’imagines. Ce réajustement se fera en fonction des clientes qui achèteront tes créations.

Cependant, il faut que tu fasses ce travail une première fois, avant de te lancer. La base de clientèle cible que tu auras définit sera déjà énorme pour ton projet créatif et aura un impact très important sur ta réussite.

Il faut arrêter de croire que c’est seulement si tout (dans ton travail de clientèle cible) est parfait que ça marche. Partir sur une base imparfaite est déjà beaucoup mieux que de ne pas faire du tout ce travail de clientèle cible !

Voici un replay du Facebook Live de novembre 2017 que j’avais organisé dans le cadre de l’abonnement Nid-de-Pie, où je parle de la clientèle cible et où je t’explique comment la trouver ! Je réponds aussi aux questions des participantes sur leurs problèmes à trouver une clientèle cible.

 

 

 

Raison n°2 : tu n’as pas de signature artistique qui se démarque de la concurrence

Avec la clientèle cible, c’est le point le plus important de ton projet créatif : ta signature artistique.

C’est ton identité créative, ton travail créatif, les créations que tu fabriques, ton ADN créatif. Et comme l’ADN des espèces vivantes sur cette terre, chaque ADN créatif doit être unique. Tes créations doivent être uniques. Je ne veux pas dire “créer en pièces uniques”, mais uniques dans leur genre.

Le marché de la création est saturé, seules celles qui savent se démarquer réussiront. Et on ne se démarque pas avec des prix bas, mais avec une signature artistique forte !

Je t’ai déjà parlé de la signature artistique dans cet article CLIC et celui-ci : CLIC.

Voici aussi le replay du Facebook live sur la signature artistique qui a eu lieu en novembre 2017 dans le cadre de l’abonnement Nid-de-Pie. Ne me tiens pas trop rigueur de mon manque d’énergie lors de cet événement, avant le FB live j’avais couru aux urgences avec mon fils de 3 ans qui avait très mal au ventre. Ce n’était rien de grave, une vilaine gastro finalement (l’instant cracra-maman shy) mais ça m’avait bien épuisée !

L’avantage des Facebook Live, c’est que je réponds aux questions des participantes. Tu auras donc plein de cas pratiques.

 

Raison n°3 : il y a une incohérence entre tes produits, tes prix (souvent pas assez élevés) et ta clientèle cible

Rhalalalala les prix….

Je ne comprends pas cette manie de croire que si on baisse ses prix, on gagnera plus…

Baisser… Pour plus… Ça ne te fait pas tilter ?

Si tu baisses tes prix et que tu vends plus, tu ne gagneras quand même pas plus d’argent ! Puisque tes prix auront baissé !

Tu devras vendre encore plus de pièces pour réussir à vivre. Donc, tu devras fabriquer encore plus et tu auras encore moins de temps pour le reste des activités que regroupe ton entreprise créative, à savoir : la communication avec tes clientes, la constitution de ta communauté, la diffusion par la comm’ de ta marque et de tes produits, etc. Niveau évolution des ventes, avec des prix bas, on est donc vachement limité ! Je te rappelle que dans une entreprise créative, tu passes environ 20% de ton temps à créer et 80% à communiquer, “markéter”, organiser et gérer ta boîte !

Sans compter que :

  • avec des prix bas, tu renvoies une image discount de tes créations, les gens s’imaginent que c’est de la merde ! Des prix bas rajoutent une incohérence entre l’image que véhiculent des créations “Made In France” ou une entreprise française, leur valeur réelle et leur prix.
  • avec des prix bas, tu attires aussi une clientèle cible qui a peu de revenus et donc sur laquelle tu ne pourras pas vraiment compter pour vivre de ton artisanat. Ça te semble cru ? Pourtant c’est la réalité. Un business n’est pas un organisme de charité, si tu crois ça, tu t’es trompée de métier.

Je répète encore que le marché du bijou fantaisie se divise en 3 segmentations :

  • Le bas de gamme qu’on trouve chez Claire’s, Moa ou dans les magasins de prêt-à-porter, qui coûte entre 3 et 20€ max. Il est conçu pour les catégories de personnes à faibles revenus.
  • La moyenne gamme comme Maty, Agata et les bijoux de créateurs avec des prix entre 20 et 50€, voire plus. Elle est conçue pour les classes moyennes qui gagnent leur vie et peuvent se permettre des achats pour le plaisir.
  • Le haut de gamme comme Swarovsky par exemple, les bijoux de créateurs et autres marques de luxe à partir de 100€. Qui sont pour les gens fortunés.

Le marché du vêtement et des accessoires textile se divise aussi en ces 3 segmentations. La seule chose qui change, c’est le prix des créations (quoique, pour les accessoires textile c’est quasi pareil je pense).

Tu vois donc bien que pour les gens qui n’ont pas les moyens, il existe des solutions pas chères ? Avec des poids lourds qui ont des usines en Inde ou en Chine et qui proposent des prix imbattables… Alors pourquoi tu t’obstines ?

 

Source : https://www.tuxboard.com/

 

En faisant des prix justes, tu as peur d’être mal aimée parce que tu gagnes de l’argent ?

Peur de renvoyer une image de quelqu’un qui vole les gens ?

Alors il faut que tu te poses les bonnes questions et que tu travailles ton rapport à l’argent.

Réfléchis à pourquoi tu as ces peurs là, d’où viennent-elles ?

De ton enfance ?

De ton entourage qui critiquent les gens qui gagnent de l’argent ?

De ta propre condition modeste ? Tu ne peux pas te payer des produits de créateurs alors tu culpabilises à l’idée de reproduire ce schéma avec tes clientes ?

Il faut que tu arrêtes de projeter ton vécu et ton ressenti personnel à l’argent sur ton business créatif.

L’artisanat vaut son prix car c’est du travail de qualité et il faut arrêter de t’identifier aux boutiques bas de gamme en terme de prix.

Ça te semble normal que les gens payent le même prix pour une création sur laquelle tu as passé des heures avec amour, que pour une création qui a prit 5 minutes de montage dans une usine en Asie ?

Gagner de l’argent n’est pas une honte.

Vivre de sa créativité non plus.

Et vendre au bon prix encore moins !

Alors bien sûr, si tu as décidé d’enfiler 3 perles sur un clou et de le vendre en boucle d’oreille par exemple, pour proposer du pas cher, là oui, tes prix bas sont justifiés (même si le bas de gamme n’est, à mon sens, pas la place d’un artisan). Mais si tu fais du travail qualitatif qui prend du temps, paye-toi correctement. Tu accepterais, toi, que ton patron te paye un salaire à mi-temps pour le travail que tu fais à temps plein ? Alors pourquoi tu t’infliges ça en étant ton propre patron ??

 

Conclusion

Comme tu as pu le lire où l’écouter via les vidéos, un projet créatif ne se lance pas à la légère. Il faut le préparer pour qu’il soit pérenne, et non pas :

  • vendre quelques créations à des clientes au pif,
  • avec une signature artistique au pif,
  • et des prix au pif.
  • Le tout pour voir si ça marche.

Surtout que si tu testes tout au pif, la version finale de ton projet créatif sera sûrement différente, et donc ton “test” hasardeux va encore plus te plomber les ailes.

 

Décollaaaaage des veeeeeentes !!! Ah ben non….. source : https://www.tuxboard.com

 

 

Sur ce blog, je te transmets tout ce que je sais (enfin j’essaye ! Où sont les journées de whatmille heures !) pour que ton projet voie le succès ! mais :

  • si tu ne te sens pas de faire ce travail de préparation avec ta signature artistique ou ta clientèle cible seule,
  • si tu as besoin d’être formée en marketing, ou en communication, ou en gestion, organisation, ou en comptabilité,
  • si tu veux faire partie d’un groupe d’entraide plein d’énergie et de bienveillance,
  • si tu veux créer une entreprise créative qui déchire !

Sache que j’ai ouvert les inscriptions à Nid-de-Pie – session 2 (programme qui commence le 15 février). Et il n’y a que 45 places, alors que nous sommes 9395 Pies abonnées au blog (ça augmente chaque jours gigglemerci à toutes !) Autant te dire que ça va vite partir !

“Nid-de-pie” C’est quoi ? Tu as toutes les infos ici (CLIC !), mais voici déjà ce que peut t’en dire Muriel Yapoudjian, créatrice de bijoux colorés, coloc du Nid-de-Pie – session 1 depuis octobre 2017 :

“Cette formation est vraiment idéale car Mélanie est professionnelle tout en restant naturelle et très drôle. L’entraide et le soutien sont plus que présents entre les pies. Tous les mois, nous avons hâte de découvrir ce que Mélanie nous a préparé, aussi bien en conseils, en “devoirs”, en vidéo, en outils, etc. Cette formation est une “bible” pour celles qui veulent, comme moi, créer leur entreprise créative ou pour celles qui veulent améliorer leur entreprise… Grâce à cette formation et au soutien du groupe et de Mélanie, je me sens rassurée dans la grande aventure dans laquelle je me suis lancée, en abandonnant mon travail initial… 😊”

Ou encore Christine Boumier, créatrice d’accessoires textiles, elle aussi coloc du Nid-de-Pie – session 1 depuis octobre 2017 :

“J’ai appris à assumer le fait que je veuille créer une activité qui ne dépend que de moi. J’ai découvert qu’on pouvait parler de plan marketing sans avoir une éruption de boutons. J’ai découvert aussi qu’avoir un entreprise c’est 80% de communication et 20% de création, et ça, j’avoue que je ne l’ai pas encore tout à fait accepté mais c’est une réalité, j’ai compris qu’on ne peut pas tout faire toute seule : il faut déléguer. Bref, je commence à me rendre compte que je rejoins toutes les choses que tu as dites Mélanie et sur lesquelles j’étais, au début, sceptique. Et enfin, et surtout, je reste convaincue une fois de plus grâce à ce groupe, que lorsque des femmes ont des envies de monter des projets, ça déborde d’énergie positive, malgré les coups de mou, malgré les doutes, il y a toujours une énergie issue du groupe qui nous remet d’aplomb.”

C’est beau hein ? En tout cas, nous on vit quelque chose de dingue ! Tu veux en faire partie ? C’est par ici : CLIC, il reste encore quelques places !

6 bavardages
  • Isabelle V
    8 février 2018 at 15 h 20 min
    Super article, comme toujours, très instructif, pour ma part un gros doute subsiste sur mes prix, je n’arrive pas à me positionner, et en plus d’autres personnes ne disent que ce n’est pas cher pour des créations artisanales (13€ une paire de BO en argile polymère avec crochets en argent 925), vous en pensez quoi?
  • catherine chassin
    8 février 2018 at 15 h 38 min
    Bravo,
    je tombe par hasard sur votre site, merci c’est exactement ce que je cherchais.
    Quel boulot ! c’est clair, concis et précis.

    Encore merci

    Catherine

  • Isabelle V
    8 février 2018 at 19 h 48 min
    Je vais essayer de revoir ça!
    Merci @Mélanie JUNG
  • Esmerine
    9 février 2018 at 0 h 01 min
    Super article Mélanie ! Comme toujours, je suis bien d’accord avec Isabelle.
    Je commente peu, mais je prends toujours autant de plaisir à te lire.
    J’avais justement cette discussion cet après-midi avec un artisan. On peut dire que ton article tombe à pic 😉
    MERCI pour tout jolie pie !
  • Denizard Chloé
    13 février 2018 at 14 h 56 min
    Bonjour.
    Merci Mélanie.
    Ton article arrive juste au bon moment 😉
    Merci
    À bientôt

Laisser un bavardage