Blog

Vendre ses créations : tout savoir sur les frais de port

par | Avr 1, 2021 | Calcul de tes prix de ventes | 6 commentaires

Vendre ses créations en ligne, sur ton e-shop ou sur une marketplace, amène souvent des questions sur les frais de port.

Faut-il les faire payer à part ?

Les inclure dans ton prix de vente ?

Est-ce que tu peux parler de frais de port offert ou non ?

Tu veux comprendre comment les calculer pour éviter d’y perdre ?

Je suis Anne des Pies Bavardes, référente en administratif, fiscalité et calcul de prix, et je te propose ici un article pour tout savoir sur les frais de port. Tu peux découvrir mon portrait ici (CLIC).

C’est parti !

Avant de démarrer, j’aimerai te détendre sur ce sujet : il n’y a pas qu’UNE seule bonne façon de faire. Il y en a plein et c’est à toi de décider de TA politique de frais de port.

Ta stratégie va aussi probablement évoluer, s’affiner avec le temps et l’expérience. L’important c’est de ne pas trop bouger les règles pour éviter de perdre ta clientèle avec une politique de frais de port qui lui paraitra incompréhensible si elle change tout le temps.
Cet article est fait pour t’aider à bâtir une ligne directrice, que tu pourras affiner avec ta propre expérience.

 

 

Vendre ses créations : les frais de port, c’est quoi ?

 

 

Les frais de port sont “les frais payés par le client pour le transport de la marchandise”.

OK, ça te parait facile et évident ? Et bien lis la suite et tu vas comprendre que c’est plus complexe que tu ne le crois.

 

 

Et si on regardait ça en détails ?

 

Généralement, tu vas compter l’affranchissement et l’emballage d’envoi (carton, enveloppe, etc…). C’est ce qui te vient le plus facilement à l’esprit. Mais pour ton entreprise, tu as besoin d’aller plus loin car il y a plein d’autres choses à compter.

Je te propose d’en lister quelques unes :

  • commence par lister toutes tes dépenses, oui toutes ! papier, encre, étiquette, autocollant, scotch, chips pour caler ta création, papier de soie … Tout, tout, tout
  • ensuite il y a les cotisations, taxes et impôts que tu vas payer à l’Urssaf. Il faut les compter car les frais de port font partie de ta recette et se déclarent dans ton chiffre d’affaires (tu ne peux pas les déduire).
  • puis les commissions des intermédiaires (marketplaces, Paypal, etc…) qui sont aussi calculées sur le montant total des ventes.
  • parfois tu vas avoir besoin d’inclure également le temps de préparation de la commande. Généralement on se passe de cette subtilité car ton tarif horaire en tient déjà compte (voir le super article ici (CLIC).) Mais tu as intérêt à en compter un peu plus si ton bureau de poste est vraiment loin de chez toi ou si tu dois payer un stationnement pour ta voiture lorsque tu t’y rends par exemple,
  • l’assurance que tu peux éventuellement proposer en standard ou en option.
  • il y a aussi les retours que tes clients pourraient demander via leur droit de rétractation (loi Hamon) et pour lesquels tu pourrais choisir d’offrir les frais de retour. Ils sont en principe à la charge de l’acheteur (si tu l’as bien précisé dans tes CGV) mais tu peux choisir de les offrir et dans ce cas il faut les compter
  • tu pourrais aussi avoir des retours qui pourraient être faits en application des garanties (vices cachés, conformité, garanties commerciales) et dans ce cas les frais de port d’origine doivent être remboursés
  • hélas il y a parfois les colis égarés et qu’il faut rembourser ou renvoyer. Dans ce cas, tu compteras l’impact de la perte de la marchandise au niveau de tes produits, et l’impact lié aux couts d’expédition perdus dans tes frais de port.
  • certains vendeurs anticipent aussi les augmentations régulières des tarifs de La poste et des transporteurs.
  • et bien sur n’oublie pas ta marge qui est le moteur de ton entreprise créative !

J’aimerais te donner 2 petits conseils :
1 – Compter toutes les dépenses, même des plus petits composants, peut vite devenir compliqué. Si tu préfères tu peux estimer un forfait qui inclut globalement l’encre + papier + étiquette + scotch etc…
2 – Pour les retours et les colis perdus, tu peux compter 10 % de surcoût pour commencer. Tu pourras affiner ce pourcentage lorsque tu auras plus de recul sur ton activité.

Tu comprends mieux pourquoi dans l’atelier de calcul de prix des Pies Bavardes (clic) si tu l’as, on te propose d’ajouter les frais de port avant la marge ? 😉

 

 

Pourquoi c’est important ?

 

Tu vois qu’expédier tes créations te coûte finalement bien plus que seulement du prix d’un timbre ! Et tu as besoin de répercuter tous ces coûts sur tes prix de vente. Pour toi, économiquement, on parle de coûts d’expédition. Pour ton client, commercialement, les frais de port sont la répercussion de tes coûts d’expédition.

Oui, mais voilà, si la livraison est trop chère tu risques de perdre des clients.

Selon une étude de PayPal / ComScore 72% des internautes français achèteraient un produit ailleurs si les frais de port n’étaient pas offerts. Un sondage IFOP / Generix confirme également que le montant des frais de port est un des freins principaux pour 55% des acheteurs potentiels. Source : ici (CLIC)

Tu as donc besoin de mettre au point une stratégie pour proposer des frais de livraison acceptables pour tes clients, tout en préservant ta rentabilité.

 

 

Quand les frais de port sont facturés séparément

 

 

C’est la configuration classique : le client achète ton produit en vente à distance. Il y a une ligne supplémentaire pour la livraison qui s’affiche dans son panier. OK, mais concrètement, quels sont tes choix ?

 

 

Option 1 : traiter les coûts d’expédition comme un produit

 

Puisque la livraison est facturée aux clients, autant la traiter comme tous les autres produits. Pour faire cela, tu prends tes coûts d’expédition et tu y appliques les mêmes règles que sur un prix de revient. Tu comptes la même marge, les commissions des intermédiaires, les cotisations, taxes et impôts associés etc…

L’avantage c’est que tu n’as pas de variation de ta marge au global. La rentabilité de la vente est facile à calculer puisque c’est la même sur le produit et sur la livraison, facile ! 👍

Le problème c’est que tu risques de te retrouver avec des frais de port élevés ! 👎 Dans ces conditions un simple colissimo à 4,95 € se transforme vite en 10 €. Ce n’est pas toujours facile à assumer. C’est même quasi impossible le plus part du temps. C’est pour cela que presque personne ne le fait, à moins d’avoir un positionnement très haut de gamme / luxe et une clientèle qui n’est pas regardante à la dépense.

 

 

Option 2 : ne pas répercuter tous tes coûts d’expédition

 

Pour éviter que tes clients n’abandonnent leurs paniers, tu dois limiter les frais de livraison. Souvent tu vas chercher à refacturer juste le prix strict de l’affranchissement, ou tu vas arrondir à peine plus haut. Un peu comme un forfait finalement.

En faisant ça, tu restes concurrentielle. Tes clients apprécieront, super ! 👍

Mais attention car cela signifie forcément que tu y perds de l’argent. Eh oui, tout ce qui n’est pas payé par le client est inévitablement pris sur ta marge. Si je reprends l’exemple du colissimo à 4,95€, tu vois que les cotisations sociales, les commissions des intermédiaires et tout le reste va être financé par ta marge qui peut tomber largement sous le niveau que tu souhaitais au départ. 👎 Donc, pas sure que ce soit un bon calcul au final, n’est-ce pas ?

 

 

Option 3 : ajuster tes prix en jouant sur la marge

 

Pour répondre à ce souci et trouver le juste milieu, il y a une solution ! Tu as besoin de raisonner au niveau de la transaction globale, c’est-à-dire de la vente dans son ensemble. De cette façon tu vas compenser le manque à gagner sur la livraison en gonflant la marge sur la création. Ta marge sur le produit seul devra être plus élevée que tes 50 % habituels (par exemple), nulle ou quasi inexistante sur les coûts d’envoi, et elle sera pile poil à 50 % sur le produit avec ses frais de port. Tu me suis ?

 

Source GIPHY

 

OK, avec un exemple ce sera plus clair :

  • imagine une création dont le prix de vente est 50 € avec 15 € de marge
    et le fameux colissimo qui te coute environ 5 € et que tu as besoin de refacturer 10 € pour ne pas y perdre
    total 60 €
  • maintenant booste la marge sur ta création à 20 € pour un prix de vente de ta création corrigé à 55 €
    tu peux à présent afficher une livraison à 5 € sans y perdre sur la transaction globale
    total 60 €

Maintenant que tu as vu comment préserver ta rentabilité globale en augmentant la marge sur le produit seul, il faut comprendre que, si tu veux pratiquer les mêmes prix via tous tes canaux de vente (et tu n’y es pas obligée, hein), alors les clients en vente physique paieront aussi ce petit plus. Est-ce que tu l’assumes ? Dis-toi que ça te fera une marge supplémentaire et ça on ne va pas s’en plaindre. Surtout qu’en expo, cela va financer une partie des coûts d’expo, ou en dépôt-vente cela va te permettre de perdre moins d’argent 😉

 

 

Conclusion de présenter les frais de port à part

 

Si pour être concurrentielle tu ne veux pas répercuter complètement tes coûts d’expédition en fdp, alors tu vas arbitrer entre la marge sur les couts d’expédition et celle de ton produit seul pour t’y retrouver. A toi ensuite de décider si tu afficheras le même prix produit via tous tes canaux de vente.
Ce qui va être déterminant c’est d’être clair sur ta politique de frais de port et de bien communiquer dessus. Selon une étude IFOP pour Star’s Services, 95% des internautes souhaitent que les informations sur la livraison apparaissent plus tôt dans le processus de commande. Source ici (CLIC)

Si tu es perdu dans le calcul de tes prix et que tu as besoin d’aide, on a tout prévu avec l’atelier de calcul des prix des Pies Bavardes (CLIC) spécialement conçu pour les créatrices 😉

 

 

Quand les frais de port sont inclus

 

 

Dans cette configuration, les frais de livraison sont rendus invisibles pour le client. Mais il faut bien que quelqu’un les paye et il faut aussi que tu t’y retrouves…

 

 

Attention à ta communication

 

Evite de parler de fdp “gratuits” ou “offerts” si ils sont comptés dans ton prix de vente. Alors concrètement, pas de panique. Tu n’as pas besoin d’expliquer comment tu as construit ton prix de vente, c’est ton secret, et un contrôle n’ira pas dans ce genre de détails ! Mais tu as quand même besoin de faire attention, même si c’est invérifiable, c’est toujours mieux. Dans ce cas, parle plutôt de frais de port “inclus”.

Je reprends notre exemple : si ta création est affichée à 50 € sur un marché et également à 50€ sur ton eshop, on ne peut pas deviner si les frais de port sont cachés dedans ou pas.
Mais si ta création est affichée à 50 € sur un marché et à 60 € sur ton eshop avec la mention « frais de port offert »… ça craint. On peut suspecter que tu as camouflé tes couts d’expédition dans le prix de ton produit en ligne. C’est une pratique déloyale et une affirmation mensongère. Tu pourrais être sanctionnée… OK, ça se discute…  mais est-ce que tu veux prendre le risque ?

 

 

Pour avoir le droit de dire que tu les offres ils ne doivent pas DU TOUT être répercutés au client. Ils doivent venir réellement minorer ta marge. En gros, il faut vraiment que tu les payes pour lui. Cela peut être le cas lors d’une campagne promo, là c’est ok 😉

Si tu veux creuser la question, je te recommande cette page du ministère de l’économie et des finances ici (CLIC).

 

 

Le calcul fdpc (frais de port compris)

 

Apres cette mise en garde sur ta communication, passons aux calculs. Pour fixer un prix de vente fdpc, tu vas faire ton calcul du prix de vente en traitant des coûts d’expédition comme un composant. Dans le tabelau de ton atelier de calcul des prix (CLIC), tu appliques la formule complète de calcul de prix, avec la marge, les intermédiaires et l’urssaf.

L’avantage est que tu affiches une tarification simplifiée. Ton acheteur ne voit pas de frais de livraison s’ajouter à la fin du panier et a une perception positive de ton entreprise. Cela participe aussi à fidéliser ta clientèle. Un autre avantage est que tu as de quoi largement couvrir le surcout d’un affranchissement un peu plus cher en cas d’achat multiple et d’envoi groupé. Souvent il te reste même un peu de marge en plus.

Là, c’est le moment où tu me dis que tu n’assumes pas cette méthode car les clients qui achètent plusieurs produits à la fois pourraient penser qu’ils « se font avoir ». Oui, je le sais, je te connais et je te vois derrière ton écran. J’ai pas raison ?

 

Source GIPHY

 

Alors pour commencer rien ne te dit que ce n’est pas TA perception ! Tu as mauvaise conscience de marger un peu plus ? mais pourquoi ? la marge c’est la vie de ton entreprise ! Je t’invite à relire sur ce super article (CLIC) où on te parle syndrome de l’imposteur et rapport à l’argent.

Ensuite, j’ai une astuce à te proposer si tu n’assumes toujours pas et que tu as peur de perdre des ventes : fais des PROMOS ! Mais pas trop non plus, hein, tu n’es pas un marchand de tapis 😉

A partir de 2 créations achetées, tu peux accorder une remise sur la seconde création correspondant au montant des fdp qui sont inclus dans son prix. De cette façon, tu maintiens ta marge pour la vente de 2 créations expédiées ensemble à un bon niveau et en plus c’est super commerçant ! En outre, en cas d’envoi groupé, tu fais des économies d’échelle : tu ne fais qu’un colis, un passage la poste, une facture etc…

C’est le double effet kiss kool 😀 non seulement ton client n’a pas de ligne frais de port, mais en plus il a une remise, génial !

Reprenons l’exemple de notre produit avec son colissimo au prix total fdpc de 60 €.
Tu comprends que le prix affiché inclut la création à 50 € + 10 € de coût total d’expédition.
Si ton client en achète deux, c’est un peu comme si tu lui facturais 2 x 10 € de frais de port.
Admettons que l’affranchissement soit plus cher et que finalement tes coûts d’expéditions totaux passent de 10 € à 14 €…
Tu me vois venir ? 😉
Oui, tu peux proposer une promo de – 6 € pour 2 articles à 60 € achetés ensemble sans que ta marge n’en souffre. Super !

Ensuite à toi de voir si tu souhaites offrir une réduction nette ou un bon d’achat à valoir sur le prochain achat. C’est encore mieux ! Pour décider de cela, tu analyseras le taux de nouveaux achats par un client existant. Cette option peut être top pour fidéliser ta clientèle, mais tu as besoin de proposer des nouveautés régulièrement, sinon tu risques de décevoir les clients.

 

 

Et les frais de port gratuits alors ?

 

 

La livraison gratuite, tu la fais quand ? Quand c’est vraiment gratuit ! Vraiment.

Tu peux décider d’offrir les frais de port à partir d’un certain seuil de commande. La ligne de frais de port qui était de x,xx € passe à 0,00 € dans le panier du client. Dans ce cas, OUI, tu as le droit de dire que c’est « gratuit » ou « offert » car tu ne répercutes plus les coûts d’expédition qui existent toujours. Et tu n’as rien rajouté ailleurs pour compenser.

Tu peux aussi faire une promo temporaire fdp « offerts » ou « gratuits » sans minimum d’achat. Il faudra veiller à garder les prix de tes créations inchangés par rapport à d’habitude. Histoire que tu ne compenses pas ce cadeau que tu fais à tes clients, ok ?

Naturellement dans ces 2 cas, le manque à gagner est inévitable. Il viendra rogner sur la marge de ta transaction globale, d’où la nécessité de bien calculer les prix des créations. D’où aussi l’intérêt de construire ton prix de vente avec une marge sur le produit un peu boostée. Parce qu’après tout, la marge sert aussi à ça : à financer tes actions promotionnelles !

Si tu veux faire des prix en ligne systématiquement « gratuits », fais attention ! En cas de contrôle, même si personne n’ira décortiquer ton calcul de prix dans le détail, il ne faudrait pas observer des prix trop différents (à période égale, à service égal bien sur). Sinon on pourrait suspecter qu’en réalité ils sont seulement inclus et te demander des comptes. Ok ? Te voilà prévenue 😉

Et souviens-toi que pour faire du gratuit tout le temps il faut que tu boostes à fond la marge sur ton produit seul pour compenser la dépense.

Je t’ai déjà dit que le super tableau de calcul des prix (CLIC) peut t’aider à faire ça ?
Mais non je ne radote pas 🤣

 

 

Bonus

 

 

Les débours, on en parle ?

 

C’est un sujet qui revient souvent chez les créatrices. Je t’ai fait un topo complet sur les frais de port et les débours dans les groupes Facebook des Pies Bavardes. Je t’invite à le lire ici (CLIC)

Si tu ne connais pas les débours, je t’explique : c’est ce qui te permettrait de ne pas compter les frais de port dans le chiffre d’affaire que tu déclares à l’URSSAF, donc de réduire tes charges. Mais il y a une procédure super stricte à respecter pour ce faire.

L’idée est séduisante, mais la réponse est NON ⛔️ tu ne peux pas passer les frais de port en débours. Si tu es en micro-entreprise, tes coûts d’expéditions sont des charges non déductibles. Tu ne peux pas minorer le CA que tu déclares à l’Urssaf. Il faut déclarer les fdp et payer des charges dessus.

Source GIPHY

 

Pas la peine de tenter, d’interpréter, de chercher … c’est NIET !

 

Des idées de stratégies pour tes frais de port

 

Comme je te le disais en introduction de ce (long) article il n’y a pas qu’une seule bonne façon de faire. A toi de trouver celle qui convient à ton entreprise créative et ta clientèle.

Voici quelques idées pour t’aider à bâtir ta propre politique de fdp :

  • afficher des frais de port à part, calculés comme ton produit donc qui incluent toutes les charges qui leur correspondent si ta clientèle est capable de l’accepter,
  • afficher et facturer des frais de port au tarif de l’affranchissement, ou au forfait pour plus de simplicité, en boostant ta marge sur les produits seuls pour préserver ta rentabilité
  • calculer un forfait unique qui te permettrait d’y gagner sur les petites livraisons quitte à y perdre sur les grosses, mais qui s’équilibre (ça demande d’avoir un peu de recul, de plonger dans la répartition de tes ventes et de faire des calculs poussés, l’aide d’un comptable peut être appréciable)
  • imaginer un tarif de base pour le premier article et un supplément par article en plus ( + 1 € par article supplémentaire par exemple)
  • définir une grille dégressive, plus la commande est grosse, plus les fdp sont réduits
  • ne pas afficher des frais de port et les inclure dans ton prix de vente en indiquant “frais de port inclus” ou “frais de port compris”
  • les offrir dès le premier euro en ne les répercutant pas à ton client et en finançant cette opération commerciale avec ta marge
  • les offrir à partir d’un certain montant ou d’un certain nombre d’articles
  • faire des promotions sous forme de remise sur les prochains achats pour augmenter la fidélisation
  • élaborer un système de points à cumuler pour débloquer des remises
  • si tu fais beaucoup de volume, tu peux aussi proposer un abonnement livraison annuel pour des livraisons à volonté

… et surement plein d’autres façons de faire, à toi d’être inventive !

 

Astuces et conseils

 

Je te donne quelques astuces, tu peux partager les tiennes en commentaire plus bas si tu veux 👇

  • Savais-tu que la poste propose un tarif lettre moins de 50 grs uniquement à ses clients pro ? Mais qu’en revanche son tarif moins de 100 grs est plus interessant en particulier ? Pense aussi à demander ta cate pro pour passer au guichet prioritaire en agence.
    Source ici (CLIC)
  • Chez Mondial Relay chaque livraison est assurée à hauteur de 25€ TTC frais de port inclus. La remise du colis se fait contre signature + notification par e-mail, SMS ou message vocal dès la mise à disposition du colis dans le Point Relais®.
    Source ici (CLIC)
  • Si tu utilises une solution WordPress + WooCommerce pour ton e-shop, il y a de nombreux plugs-in pour tes options et tes tarifs de livraison. Parmi toutes les extensions, la solution BOXTAL est très appréciée, infos ici (CLIC) Ils ont d’ailleurs aussi un super article ici (CLIC)

Je t’offre un dernier conseil pour finir 📌 Pense à bien mettre à jour la section « Livraison » de tes CGV lorsque tu définis ta politique de frais de port. Tarifs, conditions, tout doit être clair et détaillé pour éviter les litiges. Tu peux aussi faire une page FAQ – Livraison sur le sujet, mais ce sont bien les mentions figurants dans tes CGV qui comptent juridiquement.

 

 

Et toi, dis-moi ce que tu as défini pour tes frais de livraison ?
Tu les inclus ou tu factures à part, au réel ou au forfait ? Fais-tu souvent des promos “livraison offerte” ?
Apres avoir lu cet article, que vas-tu mettre en place pour préserver ta marge ?

Les articles qui peuvent aussi t’intéresser

Comment booster ta visibilité sur internet ?

Comment booster ta visibilité sur internet ?

    Le référencement, quesako ?     Le référencement, c’est ce qui va conditionner la façon dont tes fiches produits vont apparaître dans un moteur de recherche. Que ce soit sur une marketplace ou ton site personnel, tu dois travailler le...

Les 8 pires erreurs pour faire connaître ton entreprise créative

Les 8 pires erreurs pour faire connaître ton entreprise créative

Faire connaître ton entreprise créative et vendre tes créations en ligne peut être difficile pour une créatrice. S'autoriser la visibilité ce n'est pas évident pour tout le monde. Et si en plus, les ventes ne sont pas au RDV, tu peux très mal le vivre. Comme en rejet....

6 Commentaires

  1. Marie

    Merci Anne pour ce super article! Ça tombe pile poil, je me suis penchée sur la question de frais de port toute la journée! Et j’ai lu le livre blanc de boxtal justement, juste avant ton article. J’y vois un peu plus clair maintenant. Reste à travailler encore sur ce fichu syndrome de l’imposteur qui refait surface un peu trop régulièrement à mon goût !

    Réponse
    • Anne Benier Campos

      Avec plaisir Marie 🙂 Oui, entre le savoir et le mettre en oeuvre il y a effectivement encore l’étape des résistances à franchir. C’est tout à fait normal que tu ressentes cela. La bonne nouvelle, c’est que tu es parfaitement au bon endroit chez les Pies Bavardes ! Ce blog, les groupes Facebook, l’autoformation Youpie et les Ateliers regorgent de ressources et de soutien pour t’accompagner sur les blocages qui t’empêchent (pour le moment seulement ! ) d’aller plus loin. Rejoins-nous sur Facebook et viens partager tes difficultés et tu trouveras toujours des Pies pour t’aider et partager leurs expériences.

      Réponse
  2. Sandrine

    Bonjour,Je vous remercie pour cet article très complet. J’ai une question sur Etsy car, nous savons qu’Etsy nous conseille très fortement de faire la livraison “gratuite” et qu’ils conseillent de l’intégrer aux prix de vente de l’article. Donc on serait plutôt dans les frais de port inclus si j’ai bien compris votre article. A votre avis, devrait on communiquer dessus dans les FAQ Etsy?

    Réponse
    • Anne Benier Campos

      Bonjour, les places de marché et les grandes enseignes ont habitué les clients à la livraison gratuite mais il faut bien que quelqu’un paye ces frais, n’est ce pas ? En livraison gratuite, c’est la marge du vendeur qui les compense. Il faut donc fabriquer un prix de vente etsy avec une marge plus importante afin que les couts d’expéditions non répercutés puissent être absorbés par la marge sans trop dégrader la rentabilité globale de la vente. Dans ce cas là, oui, on a le droit de communiquer sur des frais de livraison offerts 🙂 Certes au final mathématiquement cela revient à peu près au même que “compter les fdp dans le prix” , mais la démarche du point de vue “construction et communication” est différente et du coup parfaitement légale.

      Réponse
  3. L'Amour des trois agrumes

    Merci pour cet article. Au départ j’avais intégré le coût des frais de port dans le prix global de mes articles (“frais de port inclus”) mais je viens de revenir en arrière et de les mentionner en plus (avec la méthode préconisée de tout compter dans mon calcul de prix, puis de faire une répartition -prix de la création / frais de port- qui me donne un montant de frais de port raisonnable). J’ai fait ce changement car je devais rejoindre une plateforme de ventes dont les conditions contractuelles faisaient que c’était mieux pour moi d’avoir les frais de port à part, mais aussi et surtout parce que quelque soit l’option qu’on choisit, quelqu’un paie les frais de port quelque part, et avec le fonctionnement actuel des grosses plateformes de vente (Amazon, Fnac, etc), ce sont souvent les livreurs qui en paient le prix par la dégradation de leurs conditions de travail.
    En tant qu’entreprise française qui se revendique éthique, j’ai envie de « réhabituer » mes client.e.s à payer des frais de port pour ne plus minimiser la partie « livraison » de la transaction.
    De plus, les créatrices, on se plaint souvent des colis perdus ou abîmés, mais ces derniers qui découlent largement de la dégradation des conditions de travail chez les transporteurs. Donc payer la livraison à un juste prix, c’est aussi participer à limiter la casse et la perte des colis.

    Réponse
    • Anne Benier Campos

      Tu as parfaitement raison ! A l’heure où les grandes enseignes et les places de marché ont mis dans la tête des client.e.s que la livraison gratuite doit être la norme, la transparence et l’éthique sur ces sujets constituent des moyens de te différencier en redonnant le juste prix des choses … et en défendant aussi tes belles valeurs 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This