Comment trouver des boutiques qui ACHETENT tes créations

Temps de lecture estimé : 5 Min, 57 Sec.

Tu aimerais vendre du stock à des boutiques professionnels, mais tu ne sais pas par où commencer ?

Je ne te parles pas de dépôt-vente, mais de boutiques qui t’achètent du stock.

Où trouver ses boutiques ? Comment les contacter ? Quoi leur dire ? Leur proposer ?

Tout ça te semble flou et inaccessible ?

Alors viens par ici ma Jolie Pie, je vais te dire comment trouver des boutiques qui achètent tes créations !

source : pixabay.com

 

Chercher des boutiques

Avant toutes choses

Pour chercher les boutiques qui seraient susceptibles de revendre tes créations, il y a deux points à respecter.

  • Dans un premier temps, il faut que tu saches à qui s’adressent tes créations précisément. Et oui, je sais, je suis chiante avec ça giggle On en revient toujours à la fameuse clientèle cible. Si tu ne connais pas ta clientèle cible, tu ne sais pas où trouver tes clients. Donc, par extension, tu ne sais pas quelles boutiques ta clientèle cible fréquente ou est susceptible de fréquenter. Par exemple, si tu fais des créas pour les bébés, tu vas chercher des boutiques de cadeaux pour bébés ou de puériculture. Tu fais des bijoux rétros, cherche des boutiques cadeaux ou de créateurs dans un esprit vintage, pin-up, rétro. Tu fais des bijoux en pierre fines (semi-précieuses) ? Cherche des boutiques de minéraux et des boutiques susceptibles d’attirer les gens intéressés par la lithothérapie. Tu fais des foulards en soie ? Cherche des soieries, des boutiques de luxe qui ne vendent que des accessoires ou que des produits en soie. Tu fais des accessoires pour cheveux ? Va voir des coiffeurs, des perruquiers ou des boutiques spécialisées dans l’accessoire de cheveux. Et si tu fais des accessoires de cheveux festifs, tu peux aussi contacter des magasins de robes de mariées ou de tenues de soirées. N’hésite pas à segmenter, c’est à dire à séparer tes créations en fonction des cibles potentielles.
  • L’autre point important, pour toi créateur et créatrice de bijoux fantaisies et accessoires, est que tu dois viser uniquement les boutiques indépendantes. Quand je dis indépendantes c’est par opposition aux boutiques franchisées ou les grandes chaînes. Les boutiques franchisées sont rarement libres de choisir leur fournisseurs. Ils sont souvent imposés par la marque qu’elles servent. Ça dépend des contrats. Mais surtout, les grandes enseignes sont souvent des groupes qui ont une stratégie marketing basée sur le prix bas, donc ça ne correspond pas à la clientèle cible pour créateur.

source : pixabay.com

Où chercher des boutiques ?

Tu as plusieurs possibilités pour trouver des boutiques revendeuses.

  • Les salons professionnels comme Bijorcha, Made in France ou The Box (tous à Paris). Tu en trouveras d’autres ici: www.salons-online.com/. Ces salons sont exprès faits pour que les revendeurs et les créateurs se rencontrent mais aussi pour que les chasseurs de talents des grandes entreprises puissent trouver leur perle (Galeries Lafayette par exemple). Ils te permettent d’exposer devant un public ultra qualifié. Le soucis, pour certains créateurs et certaines créatrices qui débutent, est que les prix des stands sont souvent dans les alentours des 1000€ minimum. Pourtant, si tu vises le marché des pros, il faut que tu y sois présent(e) ! Donc, renseigne-toi bien avant de payer. Visite d’abord le salon que tu vises en touriste pour voir s’il te convient. Ensuite, renseigne-toi sur les tarifs et prévois un budget sans oublier l’essence, l’hôtel, la nourriture etc. Si tu démarres ton activité, tu peux prévoir ces dépenses dans ton prêt pro. Sinon, que tu démarres ou non, calcule ce budget dans tes prévisions pour mettre l’argent de côté. Tu as un article pour t’aider à calculer ce que te coûte ton stand ici : clic ! Si vraiment tu n’as pas les moyens d’y exposer, vas-y pour rencontrer des créateurs, discuter, échanger. Parfois tu peux faire des rencontres magiques qui changent une vie !
  • Les annuaires professionnels. Tu peux en trouver dans certaines CCI, dans les salons pro (ils en distribuent souvent et là, en plus, c’est un annuaire des boutiques de ton domaine d’activité), sur le net (pagesjaunespro, annuairepro-france.fr etc cherche via Google) et au format papier. Par contre, avant d’appeler pour avoir des infos ou d’envoyer ton catalogue, va visiter la boutique en touriste pour être sûr qu’elle corresponde à ta clientèle.
  • Les apporteurs d’affaires ou courtiers en affaires. Ce sont des professionnels qui recherchent et te mettent en relation avec des partenaires potentiels moyennent une commission sur les ventes. Les commissions varient en fonction du montant de la vente. Par contre, je ne sais pas si tu ne payes ses commissions qu’une fois ou si c’est pour chaque transaction avec la boutique qu’il t’a “apporté”. Je pense que c’est à négocier avec lui. L’apporteur ou courtier n’est pas ton salarié. Il faut rédiger en contrat entre vous deux, tu trouveras pas mal d’informations sur le sujet ici: clic ! Tu peux trouver des courtiers ou apporteurs d’affaires sur ce site wabiness.com, il est payant, pour les entreprises c’est 20€ pour 3 mois.
  • Les “concurrents”. Oui je mets ce mot entre guillemets car comme je te le disais dans l’article “comment se démarquer”, pour moi, la concurrence n’existe pas, nous sommes tous uniques, nous apportons tous quelque chose d’unique à notre travail créatif ! Je vois plus la “concurrence” comme un repère, un moyen de savoir ce que tu ne dois PAS faire pour te démarquer des autres. Bref, revenons-en à nos moutonstease Si tes “concurrents” vendent en boutique, ils ont souvent un onglet “point de vente” sur leur site. Tu peux alors y jeter un œil et voir si ça peut te donner des idées intéressantes.de boutiques à démarcher Je dis bien “te donner tes idées”, car vu que tu cherches à te démarquer de lui, il est inutile de te retrouver dans les même points de vente que lui. Sauf si ton offre complète la sienne et que cette boutique vous correspond à tous les deux. Je précise qu’il n’y a rien de mauvais à faire ça, observer ses “concurrents” est une pratique très courante en marketing.

 

source : pixabay.com

 

Comment les contacter

Avant toutes choses

Tout d’abord, sache que si tu veux vendre aux pros, il faut que tu produises tes créations en série.

A ce jour, je n’ai connu aucunes boutiques qui acceptent d’acheter du stock de créations uniques. Ça demande trop de travail à la boutique car à chaque arrivage il faut un nouvel étiquetage, un nouvel enregistrement dans la base de données, une nouvelle mise en place, de nouveaux supports promotionnels etc. Je ne dis pas que ça n’existe pas, mais je n’en ai jamais vu (sauf les dépôt-ventes, mais eux n’achètent pas le stock). Donc, il vaut mieux que tu crées en série pour les boutiques pour avoir plus de résultats. A la limite, si tu veux vraiment vendre des pièces uniques aux pros, tu peux tenter de viser les boutiques de luxe. Mais tes créations devront être irréprochables avec un style bien définit et une clientèle ciblée.

De ton côté, produire en série te permettra de produire à moindre coût, de gagner plus d’argent et de vendre à des prix intéressants pour la boutique. J’ai déjà rédigé un article sur le calcul des prix pro (ici: clic!) où j’explique de tout ça en détail.

Donc si tu n’es pas prêt(e)s à travailler en série, abandonne tout de suite l’idée de percer le marché de la revente aux pros !

Par contre, attention ! Travailler en série ne veut pas dire travailler sans âme ! Les boutiques recherchent la qualité et le style. Alors produis en série tout en gardant ton identité. C’est très important.

 

Le catalogue professionnel

Pour communiquer avec les boutiques, il faut que tu crées un catalogue.

Ce catalogue présentera ton travail, ton univers, ton identité et tes créations à vendre avec leurs déclinaisons (couleur, matières etc).

  • Si tu l’envoies par courrier ou par mail, oublie pas de joindre un texte où tu expliques les bénéfices que la boutique tirera en exposant ta marque (ta notoriété, ton plus qui te démarque des autres, le Made In France, le fait que tes créations soient écolos, que tu utilises une technique rare etc). Présente-toi comme THE opportunité pour eux. Plus tu donneras l’image d’une marque en confiance, plus tu vendras. Cela implique que ton catalogue doit faire PRO, propre et épuré hein. Quitte à payer une graphiste pour le faire smile Par contre, cela n’implique pas forcément que tu es déjà du succès. Tu peux simplement être une jeune marque prometteuse.
  • Si toi ou ton apporteur d’affaire démarchez les boutiques en personne, préparez en amont un speetch sur ta marque et ses bénéfices pour la boutique. En plus de ton catalogue, tu peux aussi présenter des échantillons de tes créations, dans un beau présentoir fait pour le transport. Comme les plateaux à bagues, à bracelets ou des trousses à bijoux

 

lespiesbavardes.com vendre ses creations

source : pixabay.com

 

Précise aussi à la boutique que tu partageras son adresse avec ton réseau, sur ton blog, sur ton site, les réseaux sociaux etc. Mets en place un vrai lien avec elle, un vrai partenariat, ce sera autant bénéfique pour elle que pour toi ! Pense à écrire de temps en temps un article sur les news de la boutique ou tes derniers envois sur ton blog. C’est ta plus-value à toi en tant que créateur français. Ce plus qui te démarque des entreprises étrangères qui inondent les boutiques de produits fabriqués en Chine ou en Inde. Comme avec les particuliers, joue la carte de la proximité, du SAV réussi.

Bien sûr, tu ne proposes pas ça si tu vends tes créations sans le nom de ta marque, cela va sans dire laugh

 

Segmente ton offre

Si dans ton travail créatif tu peux segmenter ton offre, fais-le et créer plusieurs catalogues. Un par segmentation.

Ouais je sais, je viens de te faire une entorse au cerveau avec mes termes marketing à la mort-moi-le-noeud kiss Mais finalement c’est très simple.

Ton offre = tes créations

La segmentation = le tri de tes créations par thème

Je reprends l’exemple des accessoires de cheveux. Si tu en fais pour le quotidien ET pour les mariées.

Tu fais un catalogue pour les boutiques de mariages avec uniquement les produits concernés dedans et tu démarches les boutiques de mariages avec CE catalogue là.

Tu fais un catalogue pour les produits du quotidien pour les autres boutiques et tu démarches les coiffeurs, perruquiers ou magasins spécialisés dans le cheveux avec CE catalogue là.

source : pîxabay.com

 

Quoi leur proposer

Comme je te le disais plus haut, des produits en série, mais des produits en série avec une âme et une histoire. Il faut qu’on ressente ton style, ton identité.

Les créations que tu proposes aux boutiques peuvent être différentes de celles de ton site, similaires ou les même !

  • Par exemple, tu peux avoir des pièces uniques sur ton site à prix haut de gamme et proposer une moyenne gamme plus accessible en boutique avec des produits en série. Il faudra alors bien préciser à ton revendeur que les prix sur ton site sont plus élevés car c’est de la pièce unique et que lui aura les produits en série dérivés de ses pièces uniques. Tu peux faire cela avec un autre nom de marque ou avec le tiens. Certaines boutiques reprennent le nom de marque du créateurs d’autres non. Cela dépend de la volonté du créateur et de la boutique.
  • Tu peux aussi proposer les même produits en série sur ton site et dans la boutique. Mais attention, veille bien à ce que ton prix de vente pro permette à  la boutique de revendre au même prix public que toi ou légèrement plus cher (genre 10% plus cher max). Sinon aucune boutique ne t’achètera de stock car les clients préfèreront payer moins cher sur ton site. Par contre, si ton prix de vente pro est bon mais que la boutique ajoute un coeff trop élevé sur tes créations, ce n’est pas à toi de baisser ton prix hein no
  • Tu peux proposer des produits en série, différents sur ton site et en boutique mais qui font partie de la même collection.
  • Tu peux proposer une collection sur ton site et une autre collection complètement différente en boutique. Etc….

C’est à toi de définir la stratégie qui te semble le plus adaptée à ton commerce, à toi et à tes clients lookdown

 

les pies bavardes blog pour créateurs de bijoux

Source : pixabay.com

 

Comme tu peux le constater, vendre aux pros est un business à part entière qui demande du temps, de l’investissement et de l’énergie. Ça peut te sembler difficile mais si tu t’organises bien, c’est tout à fait faisable.

Pour compléter cet article, je t’invite à lire l’article sur le calcul de tes prix de vente pros dont je te parle plus haut, car j’y explique tout l’aspect financier de ces partenariats. Tu vends certes beaucoup moins cher aux pros, mais tu vends en quantité, d’où l’intérêt de produire en série et d’imposer des minimums de commande.

C’est une excellente alternative si tu ne veux pas vendre directement ou si tu veux compléter tes revenus issus de la vente directe.

 

Dernier

Apres

31 Commentaires

  1. Aline - Inspiré et Créé

    Merci pour cet article qui m’est super utile car je suis justement en train de créer des collections de créations pour constituer mon catalogue pour la vente aux pros!
    Je file lire ton article pour le calcul des prix! 😉

    Réponse
  2. Allison

    Voici une alternative sur laquelle je ne me suis pas du tout encore penchée. Mais dans un avenir plus ou moins proche pourquoi pas. Merci.

    Réponse
  3. Alia

    Mélanie !!!

    Pour avoir fait certains des salons dont tu parles, j’aimerai ajouter une précision non négligeable et libre de rajouter quelques informations

    Le prix de ces stand n’est pas de 1000 euros. Mais il faut compter 2000 euros HT.
    Deuxième point, ton mobilier dans ces stands. En tout cas pour bijorcha doit être sans reproche ( pas de vieille table etc) et ça, faut le compter dans le budget, car soit tu fais faire, soit tu fais toi même, soit bijorcha te prête des consoles moyennant finances ( 350 ht) donc ça commence à chiffrer 😉

    Pour la vente sur bijorcha, si tu es démarché par des boutiques, il faut être prête pour assurer les livraisons rapidement, en sachant que les boutiques ne vont pas te payer de suite la totalité.. Et que certaines te demandent un paiement à 30 jours…

    Le MIF est un salon ouvert aux publics donc vente directe. Les professionnels y vont aussi. Il faut pouvoir assurer les ventes car 40000 visiteurs en 2015… Autant dire qu’il faut du stock, le stand fait en moyenne 1800 euros et tout ce qui va avec derrière.

    Donc oui bien, mais attention ça engendre beaucoup beaucoup de frais et faut pouvoir assurer, car tu n’as pas les sous tout de suite

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      @alia : je dis bien 1000€ MINIMUM 😉 je ne connais pas les prix exacts mai je sais que ça oscille entre 1000 et 3000e.
      Par contre tu fais bien de noter la particularité d’un mobilier conforme à une certaines image et le fait que les pros payent en différé, je n’ai pas pensé à le mettre. Merci bcp ! =)

      Réponse
  4. Bennani

    Pas de souci, je préfère préciser car ça peut prêter à confusion 😉

    Réponse
  5. Gwen

    Merci pour cet article melanie! Et merci pour les précisions rajoutées par alia 😉 en gros il faut un sacré budget pour un mega stock pour que ce soit rentable!! Je crois que je n oserais jamais me lancer dans ce genre de salon!!:-(
    Et quand tu parles de “séries” Mélanie, pour les boutiques, tu penses à combien d exemplaires de chaque modèle?

    Réponse
  6. Nadine

    Merci Mélanie. Comme je fais des articles pour tous et toutes (customisations et décorations de boites, les grands, les petits, les bébés, les moyens, les jeunes, les femmes les hommes) … j’ai du mal à me diriger. Mais je vais essayer quand même. Si quelqu’une à une idée …. je suis preneuse. Dans ma Bretagne il y a peu de boutique de créateurs et ce sont les bijoux qui remportent la mise à chaque fois. Amitiés

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      @nadine : comme je le dis dans cet article https://lespiesbavardes.com/se-demarquer/ et ici https://lespiesbavardes.com/arrete-tout-de-suite-de-creer/ (bon celui-là c’est un article coup de gueule, ne le prend pas pour toi personnellement hein ^^’c’est juste pour que tu lises les arguments que j’avance sur le “créer pour tout le monde”). Ce n’est pas bon de cibler tout le monde en création.
      Sans clientèle cible précise, tu ne peux pas savoir quoi créer pour que ça plaise à tes clients, ni comment communiquer avec eux ou encore où les trouver 😉

      Réponse
  7. Mimi

    supèrbe guide
    Merci ^_^

    Réponse
  8. Kathy

    Bonjour Mélanie, merci pour cet article assez intéressant :). Moi je vais bientôt lancer mon activité dans la création de bijoux d’une matière naturelle et écologique justement pour m’adresser aux pros (revendeurs). Par rapport à la partie “où chercher les boutiques” il est vrai que l’idéal seraient les salons pros mais l’investissement et le stock est assez lourd pour une entreprise qui vient de commencer, mais surtout assez risqué tant qu’on a pas encore testé l’activité sans connaitre les bijoux de la collection qui vont mieux se vendre et sans avoir une bonne trésorerie. Je voudrais y participer certainement mais à partir de la 2eme année d’activité avec une base plus solide.

    Dans un premier temps j’avais pensé donc voir les annuaires CCI, internet, etc comme décrits sur ton article mais la question que je me pose c’est comment bien différencier par internet une boutique qui fasse du dépôt-vente et une boutique qui achète du stock? Ou alors une fois les boutiques repérées faudra leur poser la question directement? Sachant que selon la proximité de la boutique il y aura certaines que je pourrais visiter et des autres pas forcement. Je voudrais ton conseil sur ce point pour pouvoir rester professionnelle dans ma démarche.
    Merci! 🙂

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      @kathy : telpehone-leur pour leur demander s’ils font du dépot vente ou de l’achat d stock 😉 c’est la meilleure solution =D

      Réponse
  9. Céline

    Bonjour Mélanie, j’ai lu tout ton article et ça m’a éclairé sur pas mal de points et je t’en remercie. J’ai hâte de lire le reste de tes articles. J’adore le style employé et ta façon “punchy” d’être tout à fait honnête en évitant de vendre du rêve. 🙂 Pour ma part, j’ai retenu une chose essentielle c’est qu’il faut foncer. J’avoue que la peur me guette mais j’ai très envie au fond de moi de me lancer. Je me pose donc plein de questions. j’ai un salaire fixe tous les mois et deux adorables bambins que je n’ai pas encore réussi à rendre indépendants (en même temps, ils ont 1 an et 5 ans). Mais là n’est pas le sujet, autant aller voir un psy. Mes questions pour le moment les voici: 1/ Comment puis je me démarquer des autres créateurs de bijoux fantaisies. Je sais pour le moment ce que je suis capable de faire et je sais ce qu’il me plairait vraiment de faire. Comment s’assurer que je ne copie pas l’idée ou l’esprit d’un autre créateur. 2/ Je pense faire une formation à BOJ en bijoux fantaisie (PARIS) car je souhaiterai apprendre des techniques que je suis incapable de faire pour le moment. Je souhaiterai créer mes models en argent ou métal par exemple, bien savoir incruster des pierres… bref j’en passe. Qu’en penses tu? Merci pour ta réponse, pour ton aide, pour tes éclaircissements Et si tu pouvais me dire un truc qui me booste ce serait super. Ah je me précipite pour lire tes autres articles!!!! bonne journée

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      @celine comme tu me le dis dans un autre com, tu as trouvé la réponse à ta question 1 dans le guide. Pour ta question 2, je ne connais pas du tout cette formation. A l’époque de La Dame de Lys (feu ma marque) je n’avais trouvé que des formations de joaillier jamais en bijouterie fantaisie. Après, je pense que ce que tu apprendras là bas, c’est de la bijouterie fantaisies type Maty ou Agatha, en matière précieuses (je peux me tromper mais ça me semble evident) donc tout dépend de quel type de bijoux / projet tu veux faire. Si ça correspond à tes envies fonce =) Et si tu as besoin de plus d’infos fais des recherches d’avis sur Google et essaye de voir si tu peux trouver des anciens élèves pour avoir leur avis 😉

      Réponse
  10. marie-laure

    Bonsoir Mélanie,

    Selon ton avis, est ce possible de vendre une fin de série à une boutique pro ? Je souhaite mettre fin à mon activité de bijoux fantaisie … Ainsi, j’ai environ 300 bijoux (pièces uniques) que je vends sur ma boutique ALM à 6 € … donc je peux le vendre dans les 2 € ou 3 € à un professionnel.

    Est ce faisable ? sinon, des idées …

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      Oui @marie-laure tu peux toujours essayer rien de t’en empêche. Pro ou depot-vente 🙂

      Réponse
  11. Vanessa

    Bonjour Mélanie, un grand merci pour votre site !
    J’ai démarché une boutique qui est intéressée pour revendre mes bijoux mais sa façon de revendre est assez originale et je pense un peu risquée pour moi.
    Elle prendrait par exemple 5 de mes créations avec à chaque fois un petit stock sur chaque référence. Elle me reverse le total du prix qu’a payé le client et je lui paye/redonne 40% de ce montant en facturant une prestation.
    Donc je lui avance le stock, je suis pas sûre qu’elle vende tout et je paye en plus les impôts sur le prix fort…ça me parait un peu beaucoup, quand pensez-vous ?
    Merci beaucoup !!!

    Réponse
  12. Tissus d'Ange

    Coucou, comme à chaque fois j’ai des “VRAIES” réponses quand je viens ici… A force j’ai pris l’habitude de commencer par ton blog avant même d’aller sur Google! MERCI
    Enfin dans ces histoires de vente au pros j’ai quand même cette question de TVA qui me chagrine… les pro paient une TVA sur un produit qui ne leur sert pas forcément à faire de chiffre. Par exemple moi un pro qui veut vendre mes produits sans avoir l’ambition de faire du chiffre dessus (m’aider à me faire connaitre, égayer son salon de coiffure …) il doit payer cette TVA du coup effectivement je doit baisser mes prix d’au moins 20% sans compter les frais annexe (CB …) pour qu’il puisse l’afficher au même prix que sur mon site…
    J’ai bien compris que si c’est un canal de vente que je veux utiliser réellement il faudra que je m’adapte mais la c’est juste pour me faire de la pub… Il n’y vraiment aucun moyen pour qu’ils puissent revendre mes articles sans TVA?? Quelqu’un a une astuce?

    Merci et belle journée !

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      @tissus-dange : non absolument aucune astuces, sauf si c’est une association ou un auto-entrepreneur et encore, ça dépend du régime fiscal

      Réponse
  13. Myriam Hubert

    Bonjour,
    Bravo et merci pour tout ce travail ! 🙂
    Alors j’ai bien tout lu avec attention cet article car je suis à la recherche d’une information précise : quel est le ratio à utiliser pour passer du prix “pro” au prix “public” (et donc pour calculer nos tarifs qui vont nous permettre de générer le CA suffisant) ?
    Pour l’instant je suis en contact avec 2 boutiques (avec l’objectif de ne travailler quasi qu’avec des pro), et j’entends que “pour rentrer dans leur frais”, il doivent multiplier nos tarifs pro par 2 (comme dit dans l’article) mais cela peut aller jusqu’à 2.5 !

    => Avez-vous une moyenne à nous faire part sur cette question ? Doit-on considérer x2 ou x2.5 pour le différentiel entre prix pro et prix public ?

    Merci d’avance pour la(les) réponse(s) et belle continuation à toutes 🙂

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      coucou @myriam-hubert, en général, on fait ça une fois le contrat signé car tu ne peux pas savoir à l’avance quel sera le coeff du commerçant =)

      Réponse
  14. Milena

    MERCI ! Ça fait des mois que je cherchais un article clair et surtout qui ne dises pas que les dépots-vente c’est la solution…. Au boulot maintenant 🙂

    Réponse
  15. Anthony

    Bonjour,
    J’ai conçu ma propre marque de cosmétiques naturels et bio à bas prix.
    Je suis tombé sur ton site car je continue d’apprendre les techniques de marketing, et je dois dire que ton blog est parfait, tes explications sont super précises. Félicitation pour ton travail !!
    Je vais suivre tous tes conseils car en ce moment je suis au Japon pour cibler le marché japonais et il faut que je reparte de zéro en prenant en compte les différences de cultures.
    Bonne continuation.
    Cordialement.

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      coucou @anthony , merci pour ton commentaire ! Ravie que el blog te serve =) Oui le public japonais est un marché très spécial, l’individualisme est peu développé, du coup à voir sur le faite de prendre soin de soi l’est aussi. Bon courage !

      Réponse
  16. Marion

    Bonjour ! Merci pour tes articles ! Alors j’ai également une question, j’espère que tu pourras m’aiguiller : je suis dans la partie en face, c’est-à-dire que j’ai le projet de monter une boutique indépendante avec des marques que j’aurais choisies. Les marques que je souhaite revendre font de la vente en ligne, et donc je devrais fixer mon prix sur le leur. La norme est-donc que je leur achète à deux fois moins cher que leur prix de vente public ? Deux fois et demi? Je souhaite un prix juste pour que nos deux activités soient rentables, mais comme je n’ai pas d’expérience dans ce domaine pour l’instant j’ai peur de me faire avoir. Merci pour ta réponse 🙂

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      coucou @marion , le coefficient que tu appliqueras ne se fera pas comme ça au pif ou selon une norme, tu le calculeras avec ton comptable en fonction de tes besoins pour ton entreprise =) Certaines entreprise appliquent un coeff de 3. Joli projet en tout cas !

      Réponse
  17. Ludivine

    Bonjour Mélanie, je pense qu’il est mieux de faire un contrat avec les pros qui vont vendre nos produits (qu’en penses-tu?), j’aimerais savoir si tu as des exemples de contrats? Merci

    Réponse
    • Mélanie JUNG

      @ludivine ton contrat ce sont els CGV pro que tu dois faire singer avec chaque facture =)

      Réponse
  18. Sam

    Super ton article. Alors moi j’ai un projet d’ouvertures d’une boutique sur Grenoble avec uniquement des pièces de créateurs français afin de promouvoir leur marque et proposer des pièces à petite échelle, pour ne pas dire uniques!
    Alors ce message s’adresse à vous créatrices de mode, bijoux… un eventuel partenariat peut naître alors contactez moi!!!
    Au plaisir de vous lire

    Réponse
    • Aline

      Bonjour, j’en profite pour vous poser une question, comme le post est récent 😊
      Qu’en est il de l’aspect juridique? Je fais beaucoup de petites créations chez moi pour m’occuper et par passion et je me demandais si il me fallait un statut spécifique pour revendre mes créa 😊
      Comme aujourd’hui on est taxé de partout je voudrais pas avoir de soucis… 😏
      Merci de votre réponse

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

efficitur. ut ultricies nec Donec tristique elit. libero mattis pulvinar leo

Pin It on Pinterest

Share This